Messages de Père Daniel

Bulletin paroissial n°12, Noël 2011


Chers frères et sœurs en Christ, Bien chers fidèles,

Après une année, j'ai la joie de vous retrouver grâce à notre bulletin paroissial.

Lors du numéro de Noël 2010, nous relations nos dix ans d'existence. A cette occasion, Monseigneur Marc nous avait entretenus durant son homélie de la Divine Liturgie. Comme plusieurs questions avaient jailli par la suite à ce sujet, nous avons trouvé important d'y revenir d'une manière plus approfondie. Par contre, il serait trop long d'expliquer dans ce fascicule tout ce déroulement en détails. Nous avons donc choisi de nous arrêter spécialement sur quatre parties importantes de la Divine Liturgie à savoir : la Petite Entrée, la Grande Entrée, l'Epiclèse et la Communion. Ceux qui le souhaitent pourront compléter cette lecture en se référant aux livres dont sont tirées ces explications et qui se trouvent dans la bibliothèque de notre paroisse. (Catéchèse orthodoxe : LA DIVINE LITURGIE DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME : Cerf) et LA DIVINE LITURGIE EXPLIQUEE AUX ADULTES de père Nicolas Lacaille. Pour faciliter la lecture de cette présentation de la Divine Liturgie, nous avons reproduit les textes du premier livre en « écriture ordinaire » et les textes du deuxième livre en « écriture italique ». Nous pourrons également donner une suite à cette présentation par la catéchèse des adultes ou par celle des enfants.

En parcourant le présent bulletin, vous relirez l'homélie de Noël 2010 de notre Père en Christ son Eminence le Métropolite Joseph. Vous découvrirez trois saints qui nous sont chers car faisant aussi partie de la Légion Thébaine de Saint Maurice. Ces trois saints, Saints Félix, Régula et Exupérantius sont fêtés le 11 septembre et sont les saints protecteurs officiels de la ville de Zürich. Nous n'avons pas eu assez de place pour présenter un monastère comme nous le faisions dans les numéros précédents. Par contre, nous avons introduit une nouvelle rubrique « Page de la Métropole » pour vous communiquer divers articles concernant les dix ans de la Métropole, l'élection du Nouvel-Evêque vicaire pour l'Evêché d'Espagne et du Portugal, l'ouverture du Centre Orthodoxe d'Etude et de Recherche « Dumitru Staniloae » et le projet de construction du premier monastère orthodoxe roumain de Suisse. Vous pourrez également poursuivre l'étude des fêtes de l'année liturgique avec la fête de l'Ascension de notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ.

Lors de ce Carême de Noël, j'aimerais attirer, une nouvelle fois, votre attention sur l'importance de la confession. Grâce à ce sacrement, l'Eglise nous offre la possibilité de nous purifier et de soulager notre cœur pour qu'il devienne, à Noël, la véritable crèche où pourra naître l'Emmanuel. La confession est une rencontre d'amour avec le Seigneur durant laquelle nous pouvons ouvrir notre cœur et déposer tous nos péchés et tous nos manquements au pied de la Croix du Christ. C'est vraiment la possibilité de retrouver la véritable joie et le véritable sens de notre vie à travers ce cadeau que nous offre Notre Père Céleste en nous disant comme il l'a dit du Fils Prodigue : « Faisons la fête, car mon fils que voici était mort, et il a repris vie ; il était perdu, et il a été retrouvé. »(Lc 15.24) Eh oui, nous étions morts par et dans le péché et le Seigneur nous redonne la vie, la joie, l'espérance et la lumière à travers cette fête qu'est la confession.

A l'intérieur de ce numéro, vous trouverez un Flyer, réalisé par notre sous-diacre David à qui vont tous nos remerciements, et qui présente notre paroisse grâce à un aperçu de sa vie spirituelle et sociale. Vous pourrez ainsi transmettre ces informations aux personnes intéressées.

En restant unis par la prière, je souhaite à chacune et à chacun d'entre vous une fin de Carême bénie par le Seigneur et un très Joyeux Noël et, en vous présentant d'ores et déjà tous mes meilleurs vœux de santé, de bonheur et de paix pour la nouvelle année, je demande au Seigneur de vous bénir vous et vos familles et de remplir vos cœurs de joie et d'espérance.

Père Daniel Schmid 

Bulletin paroissial n°11, Noël 2010

Gloire à Dieu !

Cette doxologie en trois mots résume parfaitement la reconnaissance que nous adressons à Dieu en ces dix ans de notre paroisse, Saints Georges et Maurice. En effet, à cette occasion, nous devons en premier lieu nous tourner vers le Seigneur en vénérant son icône et rendre grâce à Dieu pour toutes les grâces et les bénédictions reçues et pour tous les bienfaits dont Il nous a comblés durant cette décennie.

De nombreux événements se sont déroulés depuis la première Divine Liturgie célébrée en la chapelle du Guercet à Martigny le 10 septembre 2000 jusqu'à la Divine Liturgie pontificale célébrée le 12 septembre 2010 en la chapelle Sainte Agnès à Sion. Le chemin que nous avons parcouru, n'a pu être réalisé qu'avec la bénédiction de notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ, les grâces divines reçues par l'Esprit Saint et l'intercession de nos saints patrons Georges et Maurice.

Durant ces dix ans nos Evêques ont effectué cinq visites pastorales en notre paroisse : notre père en Christ, le Métropolite Joseph, nous a visités la première fois en septembre 2003 à Martigny, puis son évêque auxiliaire, Monseigneur Marc, nous a visités à quatre reprises à Sion. A l'occasion de ces visites pastorales, tous les fidèles ont trouvé en nos évêques, grâce à leur grande disponibilité et à leur dévouement, de véritables pères en Christ auxquels ils pouvaient ouvrir leur cœur pour déposer leurs soucis et accueillir la grâce divine porteuse de joie, d'amour, d'espérance et de réconfort.

Durant cette même période, nous avons célébré trente-trois baptêmes et chrismations, neuf mariages et sept funérailles. Au début, mon ministère se partageait entre la communauté de l'atelier d'iconographie Saint Nicolas à Gouhenans en France et notre paroisse, puis entre la paroisse roumaine de Tous Les Saints Roumains à Lausanne et notre paroisse et depuis 2004, avec la bénédiction de son Eminence le Métropolite Joseph, j'ai pu me consacrer uniquement à vous chers paroissiens.

Le 12 septembre dernier, la Divine Liturgie Pontificale a été présidée par Monseigneur Marc, notre évêque auxiliaire, en la chapelle Sainte Agnès à Sion. Lors de cette Divine Liturgie, Monseigneur Marc a également célébré le baptême de Benjamin Dionysios, le fils de Gaëlle et de Cédric . A la fin de la célébration Monseigneur Marc a tenu à remercier la Directrice de l'Institut Sainte Agnès pour l'accueil des fidèles orthodoxes au sein de la chapelle Sainte Agnès. Pour clore cette partie officielle, des remerciements ont également été également adressés à tous les fidèles, spécialement à Céline, membre de la chorale et du comité, à Matouchka Marianne et à nos enfants pour leur engagement et leur soutien qu'ils nous ont prodigués durant toutes ces années

La Divine Liturgie a été suivie d'Agapes durant lesquelles tous les participants à cette journée d'action de grâces ont pu échanger leurs souvenirs et partager leurs joies et leurs soucis. Ils ont également pu rencontrer Monseigneur Marc et lui confier leurs demandes personnelles.

Cette magnifique fête s'est déroulée grâce à nos saints patrons saint Georges et saint Maurice que nous remercions très sincèrement pour leur protection et leurs intercessions en notre faveur.

Les deux iconographes de notre paroisse ont tenu à témoigner leur gratitude en offrant à l'occasion de cette fête deux icônes à notre paroisse. Matouchka Marianne a peint l'icône de la fête de l'Exaltation de la Sainte Croix, en l'honneur de la Grammata de la fondation de la paroisse signée le 13 septembre 2005 par Monseigneur Joseph et dans laquelle il stipule : « La Paroisse Orthodoxe Helvéto-Roumaine des Saints Georges et Maurice, Doyenné de Suisse, est fondée à partir du 14 septembre 2005. » De son côté, Gaëlle a peint l'icône de Sainte Catherine d'Alexandrie patronne du Valais. Ces deux icônes ont été bénies lors de la Divine Liturgie pontificale et présentées aux fidèles pour qu'ils puissent les vénérer lors de la bénédiction finale.

A cette occasion, j'aimerais également remercier très chaleureusement tous les chanoines du Grand Saint Bernard et plus particulièrement les révérends chanoines Jean-Michel Girard et François Lamon qui nous ont accueillis si fraternellement et nous ont ouvert les portes de la chapelle du Guercet à Martigny ainsi que le révérend Abbé Kurt Gruber qui nous a donné son autorisation pour que nous puissions célébrer nos offices orthodoxes en la chapelle Sainte Agnès à Sion.

En clôturant ce message, nous aimerions également avoir une pensée pour tous nos défunts d'éternelle mémoire qui nous ont précédés auprès du Seigneur et remercier très chaleureusement tous les participants à cette journée anniversaire. Nous assurons celles et ceux qui n'ont pu se déplacer qu'ils étaient bien présents dans nos cœurs et dans nos prières.

Longues années à chacune et à chacun !

Père Daniel Schmid
Recteur de la Paroisse 

Bulletin paroissial n°10, Noël 2009


Bien chers frères et sœurs en Christ,

« Aujourd'hui, les hommes demandent qu'on les aime ; c'est pour cela qu'ils échouent. Ce qui est juste c'est de ne pas t'intéresser à savoir si l'on t'aime, mais de savoir si toi tu aimes le Christ et les hommes. C'est ainsi seulement que l'âme est remplie. » « Notre amour en Christ doit parvenir partout. »

Ces deux paroles de Père Porphyre (Porphyrios) nous éclairent, nous encouragent et nous montrent la direction à suivre en cette période du carême de Noël et en ces temps troublés que nous vivons. Etant pris par et dans nos multiples activités, nous pensons trop souvent à notre petite personne et à nos besognes quotidiennes et pas assez à l'autre que nous rencontrons. Sans le vouloir, nous agissons en égoïstes et nous perdons le premier sens de notre existence de chrétiens qui est de vivre en Christ et pour le Christ.

Saint Isaac le Syrien le dit bien dans son discours 37, 2 : « Si tu as pratiqué une excellente vertu, et si tu ne ressens pas la saveur de l'aide qu'elle t'apporte, ne t'en étonne pas. Car tant que l'homme n'est pas devenu humble, il ne reçoit pas le salaire de son travail. La récompense n'est pas donnée à l'activité, mais à l'humilité. Celui qui néglige la seconde perd la première. (…) Et à l'humilité est accordée la grâce. Donc la récompense n'est pas donnée à la vertu, ni à la peine que l'on se donne pour elle, mais à l'humilité qui naît de l'une et l'autre. Si l'on n'a pas l'humilité, ce qui la précède est vain. »

Voici tout un programme qui peut nous paraître très ambitieux et irréalisable. Mais n'oublions pas que le principal est de débuter toutes les activités que nous entreprenons par la prière en demandant d'être éclairés et purifiés par l'Esprit-Saint, d'être aidés et soutenus par les Saints et en nous abandonnant pour finir dans les mains du Seigneur. Ainsi ce programme qui nous paraissait ambitieux et irréalisable, se déroulera jour après jour selon la volonté de Dieu dans l'amour et la joie de la rencontre de l'autre et dans les tourments de la vie quotidienne qui sont là pour nous rappeler que le seul maître de notre vie est le Christ Lui-même et non chacun de nous . Nous devons apprendre à vivre en chrétiens. C'est un labeur de chaque jour, il faut chaque jour remettre l'ouvrage sur le métier, garder confiance et lorsque notre croix devient trop lourde, nous devons demander l'aide de nos frères et sœurs en Christ. Ainsi nous expérimenterons la force et la puissance de la prière et nous vivrons ce que Père Porphyrios nous disait au début de ce mot : « Notre amour en Christ doit parvenir partout. »

Pour nous encourager dans cette voie, Père Porphyrios continue en précisant : « Le Christ est l'Eglise et l'Eglise est le Christ, qui nous a tous reçus en Lui-même. Quand tu aimes le Christ, tu aimes tous les hommes en même temps, sans demander si les hommes sont dignes d'amour ou encore s'ils vont accepter cet amour ou le rejeter. Si tu veux rencontrer le Christ, tu Le rencontreras dans l'espace de l'Eglise, car en ce lieu est unie l'humanité entière en la personne du Christ. Tu ne peux être en communion avec le Christ et ne pas avoir de bonnes relations avec les autres hommes. »

Par conséquent, nous pouvons et devons garder courage, car le Christ est notre meilleur ami et notre ami le plus fidèle puisqu'Il est la source même de tous les bienfaits qui ne se tarira jamais. Lorsque nous vivons le découragement, pensons à la Nativité de notre Seigneur Dieu et sauveur Jésus-Christ que nous préparons durant cette période bénie de carême et à tout ce que le Seigneur a fait et a vécu pour nous durant sa vie terrestre. Ainsi nos souffrances et nos inquiétudes du moment prendront une autre dimension et nous découvrirons de plus en plus cet Amour infini de Dieu pour les hommes et pour toute sa création.

« Saint et joyeux Noël à chacune et chacun d'entre vous, en restant unis par la prière en Christ pour pouvoir, le jour de sa Nativité, L'accueillir dans notre cœur et vivre la plénitude de la joie dans la rencontre de l'autre et l'amour en Christ, par le Christ et pour le Christ. » Tels sont les vœux que je formule en ce jour pour vous et vos familles en priant le Seigneur qu'Il vous bénisse.

Père Daniel Schmid 

Bulletin paroissial n°9, Pâques 2009

Bien chers frères et sœurs en Christ,

Lorsque nous vivons un temps fort et riche comme celui du Grand Carême, nous sommes parfois troublés, car nous ne trouvons pas toujours le chemin que nous aimerions vivre et suivre avec notre cœur pour nous approcher de Dieu. D'autre part, nous pouvons vivre personnellement des situations où nous découvrons notre propre faiblesse, nos manquements, nos fautes et nous expérimentons le secours qui nous est apporté dans ces occasions par une personne que nous connaissons ou par quelqu'un que nous rencontrons « par hasard » sur notre chemin. Pour essayer de mieux comprendre ce que nous vivons en ces moments-là, je vous propose de lire et de prier le Discours 21 de Saint Isaac le Syrien.

« BIENHEUREUX l'homme qui connaît sa propre faiblesse, car cette connaissance devient pour lui le fondement, la racine et le principe de tout bien. Car lorsqu'un homme a appris à connaître et a véritablement senti sa propre faiblesse, il raffermit son âme contre le relâchement qui enténèbre sa connaissance et il accroît sa vigilance. Mais nul ne peut sentir sa propre faiblesse, s'il ne lui a pas été donné, si peu que ce soit, de subir des épreuves qui affligent le corps ou l'âme. Mettant alors en regard sa faiblesse et l'aide de Dieu, il connaîtra aussitôt la grandeur de celle-ci. Quand il considère en effet tous les efforts qu'il a déployés dans l'espoir de rendre confiance à son âme, en étant vigilant, continent, en la protégeant et en l'entourant de soins, sans y parvenir, ou quand il constate que son cœur craint et tremble, privé de toute sérénité, il doit alors comprendre que cette crainte qu'éprouve son cœur signifie et révèle qu'il a absolument besoin de l'aide d'un autre. Son cœur en témoigne intérieurement, par la crainte qui l'a saisi et provoque en lui un combat intérieur, montrant ainsi que quelque chose lui manque. L'homme doit dès lors reconnaître qu'il ne peut pas s'établir par lui-même dans une confiante sécurité. Il est écrit que seul le secours de Dieu peut sauver. (cf. Ps. 59, 13; 107,13 etc.) »

Eh oui ! Ce sont dans ces moments-là que Dieu nous permet d'expérimenter son aide de manière concrète en rencontrant sur notre chemin une personne que nous connaissons ou quelqu'un que nous rencontrons « par hasard ». Et alors nous nous apercevons que la personne que nous avons rencontrée n'était pas là « par hasard », mais qu'elle était envoyée par Dieu pour nous indiquer la chemin à suivre et pour nous dire: « Si quelqu'un veut Me suivre, qu'il se renie lui-même, qu'il se charge de sa croix et qu'il Me suive. Car quiconque voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie à cause de Moi et de la Bonne Nouvelle la sauvera. » (Mc 8, 34-36)

Cependant gardons confiance en Dieu, car la croix que nous portons est celle que le Seigneur nous propose. Il ne nous chargera jamais d'une croix plus lourde que celle que nous pourrons supporter et surtout Il sera toujours là pour nous aider.

Par l'éclairage de notre père spirituel, par la prière quotidienne, la fréquentation des offices, la pratique du jeûne, la vénération des icônes, la lecture des Saintes Ecritures et des Pères de l'Église, nous pourrons de plus en plus, d'une part, reconnaître nos faiblesses et nos manquements et, d'autre part, nous approcher de Dieu pour lui dire : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur. »

De ce fait, nous ne nous sentirons plus seuls, mais accompagnés et guidés et nous commencerons à découvrir la vie en Eglise et la vie en Dieu pour progresser sur le chemin que le Seigneur nous propose chaque jour de vivre dans la paix, l'amour et la prière.

Ainsi nous aurons hâte de Le rencontrer dans la confession pour déposer au pied de sa Croix tous nos péchés et Lui demander de purifier notre âme et notre être afin que nous puissions L'accueillir dans la Sainte Communion et Lui dire avec Saint Basile le Grand : « Seigneur, Christ notre Dieu, Roi des siècles et Créateur de toutes choses, je te rends grâces pour tous les bienfaits que Tu m'as accordés et pour la communion à très purs et vivifiants Mystères. Je T'en prie, ô Dieu bon et Ami des hommes, garde-moi sous ta protection et à l'ombre de tes ailes; accorde-moi de recevoir dignement tes divins Mystères avec une conscience pure, jusqu'à mon dernier souffle, pour la rémission de mes péchés et la vie éternelle. Car Tu es le Pain de vie, la Source de sainteté, le Dispensateur de tout bien, et nous Te rendons gloire, avec le Père et le Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amin »



Père Daniel Schmid

Bulletin paroissial n°8, Noël 2008

Bien chers frères et sœurs en Christ,

« Ta Nativité, O Christ notre Dieu
a fait luire sur le monde la lumière de la connaissance.
Car, en elle, ceux qui adoraient les astres
par un astre ont été enseignés
à T'adorer, Toi, le Soleil de la Justice,
et Te connaître, Orient venu d'en haut.
Seigneur, gloire à Toi ! »
(Tropaire de Noël ton 4)


En ces jours où la lumière diminue de plus en plus, où la crise financière se répand dans plusieurs secteurs de l'économie mondiale et où plusieurs de nos frères et sœurs en Christ souffrent de ces méfaits, nous chrétiens, nous vivons notre montée vers la Nativité de Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ. Nous nous préparons à cette grande fête et nous préparons notre cœur à devenir une crèche vivante, à devenir la grotte de la Nativité.

Notre Seigneur en se faisant homme, en devenant Dieu parmi les hommes, l'Emmanuel, en touchant le fond de notre humanité, en vivant sa kénose, est venu nous chercher, chacune et chacun et nous prendre par la main pour nous conduire à son Père qui est également notre Père à toutes et à tous.

En tant que chrétiens, nous avons tous un devoir en cette fête de la Lumière et en cette fête de la Nativité. Nous devons donner ou redonner à cette fête le sens chrétien qui est le sien et témoigner de notre foi autour de nous : dans nos familles, dans nos lieux de travail, dans notre vie de tous les jours, dans nos moments de joie et de peine. Notre mission ne sera pas toujours facile, mais nous devons maintenir le cap, car le Seigneur nous a dit : « Si quelqu'un veut me suivre, qu'il se renie lui-même, qu'il se charge de sa croix et qu'il me suive. Car quiconque voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera. Et à quoi sert-il à un être humain de gagner le monde entier, s'il perd sa vie ? En effet quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aura aussi honte de lui quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les anges. » (Mc 8, 34-38) Et Lui-même n'a pas choisi la solution de facilité, Il a voulu vraiment vivre notre condition humaine dans tous ses aspects, hormis le péché. Il nous a ouvert la Voie véritable et nous a montré le Chemin qu'il nous invite à suivre.

Nous avons été créés libres et cette liberté que nous avons de la peine à vivre correctement et concrètement est un véritable Don de Dieu. Plus nous progressons sur notre chemin spirituel, en étant guidé par notre père spirituel, plus nous découvrons la beauté de cette liberté divine, la beauté et la joie, mais aussi la difficulté, de réaliser la Volonté de Dieu que nous demandons chaque jour dans la prière que le Seigneur lui-même nous a appris : « Que Ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel. »

Gardons courage et « confions-nous nous-mêmes les uns aux autres et toute notre vie au Christ notre Dieu. » (Litanie de demandes) Le lien de la prière et par la prière est un lien très fort et très puissant qui nous unit, qui nous porte, qui nous fortifie et qui nous sanctifie pour que nous puissions avancer sur le chemin que le Seigneur nous confie en nous abandonnant dans ses bras et en essayant de vivre notre vie quotidienne dans la paix, l'amour et la sérénité.

En parcourant ce bulletin paroissial, vous remarquerez, chers frères et sœurs en Christ, que l'horaire de nos célébrations a subi quelques changements. En effet, avec la bénédiction de son Excellence Monseigneur Marc et à partir du 1er novembre 2008, nous célébrons les Divines Liturgies chaque 1er, 2ème et 3ème dimanche du mois à la chapelle Sainte Agnès Route de Vissigen, 140 1950 Sion et chaque 4ème dimanche du mois à la chapelle Saint Antoine Route d'Oucon 1965 Savièse. Plusieurs d'entre vous ont déjà pu apprécier les bienfaits de cette réorganisation. En effet, la chapelle Ste Agnès nous offre de meilleures conditions pour vivre nos célébrations dans l'amour et la prière. Nous bénéficions ainsi également d'une salle pour la catéchèse des enfants et pour les agapes après les Divines Liturgies.

Je vous souhaite à chacune et à chacun une très belle et sainte montée vers la Nativité et je me réjouis de vous accueillir lors de nos prochaines célébrations. Je vous assure de tout mon amour en Christ et je prie le Seigneur de vous bénir vous et vos familles.

Père Daniel Schmid

Bulletin paroissial n°7, Pâques 2008

Chers frères et sœurs en Christ,

Je suis une nouvelle fois très heureux de vous rencontrer et de vous retrouver grâce à notre bulletin paroissial de Pâques 2008. Comme vous le constatez, ce numéro est consacré à la fête de la Pentecôte et à l'Esprit Saint et non à la Fête des fêtes qu'est la célébration de la Résurrection de notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ. Nous avons voulu axer ce numéro sur ce thème pour continuer notre catéchèse.

Après sa Résurrection, le Christ a vécu quarante jours avec ses disciples pour les préparer à vivre seuls, sans la présence quotidienne de leur maître auprès d'eux et pour qu'il puisse également être prêts à recevoir l'Esprit Saint lors de la fête de la Pentecôte. A l'occasion de cette fête, nous nous rappelons d'une part la naissance de l'homme nouveau que nous devenons lors de notre baptême et d'autre part la naissance de l'Église. Cette Grâce Divine que nous recevons lors de notre baptême, nous devons la nourrir par la fréquentation régulière des offices que nous célébrons à l'église. C'est ainsi que Monseigneur Joseph vous dit : « Je vous recommande d'amener les enfants au catéchisme que nos prêtres organisent à leur intention dans les paroisses, le dimanche ou les autres jours. Cela les fortifiera, les aidera et les formera pour la vie que Dieu leur prépare. »

A travers ce bulletin vous découvrirez également une partie de la lettre pastorale de notre Métropolite écrite à l'occasion de la Pentecôte 2007 et un entretien d'un journaliste roumain avec notre nouveau Patriarche Sa Béatitude Daniel.

Dans le passage de sa lettre pastorale, notre Père en Christ, son Éminence le Métropolite Joseph, nous fait l'inventaire, avec Saint Jean Chrysostome, de toutes les occasions où nous pouvons découvrir dans notre vie de tous les jours la présence réelle de l'Esprit Saint.

L'entretien avec son Éminence le Métropolite Daniel a été réalisé le 13 septembre 2007 le lendemain de son élection comme sixième Patriarche de Roumanie. A travers cet entretien, notre nouveau Patriarche aborde trois sujets essentiels et très importants qui nous servent de ligne de conduite pour notre vie de chrétien dans la vie de tous les jours. Ces trois sujets sont : la vie de l'Église dans le monde d'aujourd'hui, notre relation de chrétien avec le monde politique et la manière de nous comporter dans nos relations œcuméniques. Cet entretien a été traduit du roumain par le Très Révérend Père Marc-Antoine Costa de Beauregard, archiprêtre et doyen de la France au sein de notre Métropole.

Avant de terminer ce petit message, j'aimerais encore vous rappeler l'importance de lire votre bulletin paroissial dans son intégralité et de nous transmettre toutes vos remarques et propositions afin qu'il puisse vraiment devenir un support vivant et concret de notre paroisse.

En vous souhaitant une bonne fin de Carême et une sainte montée vers Pâques, je vous assure chacune et chacun de tout mon amour en Christ et je prie le Seigneur de vous bénir et de vous combler de ses Grâces Divines par l'intercession de nos Saints Pères et Saints Patrons Georges et Maurice.

Père Daniel Schmid

Voeux de Noël 2007

Nous vous souhaitons un joyeux et saint Noël. Que l'esprit d'amour qui entoure la naissance de l'enfant Jésus soit toujours présent dans vos familles pendant toute cette nouvelle année 2008. 

Bulletin paroissial n°6, Noël 2007

her Frères et Sœurs en Christ,

Une nouvelle fois nous nous retrouvons, non seulement avec nos préoccupations et nos soucis quotidiens, mais aussi avec notre cœur rempli de joie et de lumière divine, pour célébrer la Nativité de Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ. Le carême de Noël nous a permis de nous préparer et de préparer notre cœur pour qu'il devienne la véritable grotte dans laquelle l'Emmanuel puisse renaître.

En naissant à Bethléem, le Messie qui est éternel et infini, entre dans le temps et l'espace pour réaliser la Volonté de son Père en prenant notre condition humaine, pour la purifier et la déifier.

La commémoration de sa Nativité, nous donne l'occasion de célébrer la véritable Lumière Divine qu'est le Christ lui-même. C'est pour cela que nous pouvons proclamer en chantant le tropaire de Noël :

« Ta Nativité, ô Christ notre Dieu,
a fait luire sur le monde la lumière de la connaissance.
Car, en elle, ceux qui adoraient les astres,
par un astre ont été enseignés à T'adorer,
Toi, le Soleil de la Justice,
et te connaître, Orient venu d'en haut,
Seigneur gloire à Toi ! »

Dans la vie de tous les jours, nous cherchons souvent notre chemin pour réaliser la Volonté de Dieu et nous nous perdons souvent dans nos réflexions. Le tropaire que nous venons de chanter nous donne pourtant la réponse : « Ta Nativité, ô Christ notre Dieu, a fait luire sur le monde la lumière de la connaissance. » Le texte dit bien : « la lumière de la connaissance » et non la lumière d'une connaissance. Donc la véritable connaissance est celle qui vient de Dieu et que nous découvrons dans les Saintes Ecritures, dans la lecture des Pères de l'Eglise et de la vie des saints, dans la prière quotidienne et dans les offices que l'Eglise nous propose.

Lors de la fête de Noël, il est important que nous développions et, si nécessaire, que nous fassions redécouvrir autour de nous la dimension spirituelle de cette solennité ; même si la société dans laquelle nous vivons a tendance à nous indiquer une direction tout à fait opposée. Ce témoignage n'est pas toujours facile à vivre, mais en priant les uns pour les autres, en acceptant les grâces que l'Esprit Saint nous offre et en nous abandonnant dans les mains du Seigneur, nous arriverons certainement à relever ce défi.

D'autre part, rappelons-nous qu'à Noël nous célébrons également la visite des mages. Cette fête nous montre que le Christ n'est pas venu uniquement pour les habitants de Bethléem, mais qu'Il est venu pour chaque être humain et que chacun de nous peut lui ouvrir son cœur pour que la fête soit belle et complète. Lors de leur visite, les mages ont offert à Jésus de l'or signe de sa royauté, de l'encens signe de sa divinité et de la myrrhe signe de son humanité.

Cette année pour que la fête soit encore plus belle et pour donner suite à la proposition faite par Monseigneur Marc lors de sa dernière visite pastorale, nous célébrerons la Nativité de Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ le 24 décembre en début de nuit. De ce fait, les fidèles pourront venir en famille et nous aurons ainsi l'occasion de célébrer la Naissance du Messie d'abord en Eglise et de partager ensuite toutes les grâces reçues lors de la fête en famille qui suivra.

Je vous souhaite d'ores et déjà une lumineuse fête de Noël et je prie le Seigneur de vous bénir vous et vos familles en comblant chacun de vos cœurs de sa Lumière Divine.

Père Daniel Schmid

Bulletin paroissial n°5, Septembre 2007

Chers Frères et Sœurs en Christ,

Nous voici arrivés à nouveau au début d'une nouvelle année liturgique. En effet, celle-ci commence chaque année le 1er septembre. A côté du cycle des dimanches et des fêtes commémorant directement Notre Seigneur, l'année liturgique comprend un cycle des fêtes des saints. La première de ces fêtes est celle de la Nativité de la Mère de Dieu, célébrée le 8 septembre et à laquelle nous consacrons spécialement ce bulletin paroissial.

En célébrant le 15 août la Dormition de la Mère de Dieu et le 8 septembre sa naissance, l'Église nous montre bien l'importance qu'elle accorde à la vénération de Marie puisqu'elle ouvre et clôture chaque année liturgique par une fête de la Très Sainte Mère De Dieu.

Rappelons-nous que la célébration de chaque fête n'est pas seulement une commémoration d'un fait qui s'est passé il y a environ deux mille ans, mais cette célébration nous refait vivre cet événement et nous y fait participer, corps et âme, comme si nous avions été présents à ce moment-là. L'année liturgique nous donne ainsi l'occasion de revivre chaque fête dans notre âme et d'acquérir le vrai sens de ces événements dans la mesure où nous arriverons à les vivre en esprit et dans une véritable prière d'action de grâce.

S'il y avait un seul qualificatif qui pourrait définir la Mère de Dieu, je pense que nous pourrions employer le mot « service ». En effet Marie a passé toute sa vie au service d'autrui et de son Fils vrai Dieu et vrai homme. Même si elle ne comprenait pas toujours tout ce qui lui arrivait, elle le vivait en silence dans son cœur et dans la prière. Le service n'implique pas seulement l'activité, mais aussi la prière. Car tout ce que nous faisons, nous le faisons grâce à Dieu et pour Dieu, même si nous aidons notre voisin ou toute autre personne que le Seigneur met sur notre route, nous le faisons finalement pour le Seigneur. Nous pourrions peut-être nous inspirer ainsi de la vie de Marie durant cette année liturgique pour calquer notre propre existence sur la sienne et ainsi progresser dans notre cheminement spirituel afin de réaliser de manière toujours plus précise la volonté de notre Seigneur Dieu.

Lorsque vous aurez parcouru ce bulletin paroissial, vous aurez certainement remarqué qu'un petit souffle helvétique aura inspiré certains articles.

Dans la découverte des monastères nous avons demandé au Très Révérend Père l'Archimandrite Martin, de nous présenter le monastère de la Sainte Trinité dont il est l'higoumène. Ce monastère qui dépend du patriarcat de Moscou est le seul monastère orthodoxe en Suisse, il était donc normal que nous le présentions, car certains fidèles orthodoxes ignorent son existence.

Dans la vie des saints nous avons souhaité vous présenter deux saints qui ont vécu sur le sol de notre pays. Saint Amé (570-625) qui vécut une partie de sa vie à Saint Maurice où nous pouvons encore visiter aujourd'hui un ermitage qui porte son nom et saint Nicolas de Flue (21 mars 1417 - 21 mars 1487) le patron et le protecteur de notre patrie. Même si Saint Nicolas de Flue n'est pas un saint du premier millénaire, nous pouvons quand même avoir une vénération personnelle pour cet homme qui a énormément intercédé et qui intercède toujours beaucoup pour notre pays et pour ses habitants. Vous découvrirez à la lecture de l'article qui lui est consacré que tout suisse a plusieurs raisons de rendre grâce au Seigneur des bienfaits dont nous avons bénéficié grâce au bienheureux Nicolas de Flue.

D'AUTRE PART, JE TENAIS ÉGALEMENT À VOUS ANNONCER QU'UNE VISITE PASTORALE DE, NOTRE PÈRE EN CHRIST, SON ÉMINENCE LE MÉTROPOLITE JOSEPH OU DE SON ÉVÊQUE-VICAIRE MONSEIGNEUR MARC EST PRÉVUE POUR CET AUTOMNE.

LA DATE N'EST PAS ENCORE FIXÉE DÉFINITIVEMENT, MAIS DÈS QU'ELLE LE SERA NOUS VOUS L'ANNONCERONS PAR COURRIER SPÉCIAL.

Je ne veux pas terminer ce message sans vous remercier pour tout ce que vous faites pour la paroisse et vous demander de prier tous les jours les uns pour les autres, car nous avons énormément besoin des prières de chacun pour remplir la mission que le Seigneur nous confie.

Je vous souhaite à chacune et chacun une très belle et très sainte année liturgique.

Que Dieu vous bénisse.


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : jeudi, 3 janvier 2019